Actualité des livres

07 février 2017
Note de lecture

Gérard Lebrun

Pascal

Tours, détours et retournements. Édité par Francis Wolff


Beauchesne, 2016
104 p.   16,00 €

Ce petit livre destiné au grand public a été publié en portugais en 1983. Le texte original étant perdu, Francis Wolff en assure une « rétroversion » bienvenue en français. Gérard Lebrun veut faire découvrir au lecteur « une pensée qui fait de l’ombre à la raison classique », en tentant de comprendre pourquoi Pascal se soumet totalement à Jésus-Christ et à son directeur, dans « les pleurs de joie » de la nuit du 23 novembre 1654. Pour cela, il faut d’abord reconnaître la cohérence de son épistémologie, selon laquelle une proposition vraie ne s’impose que par l’absurdité des conséquences de sa négation. Il faut aussi reconnaître en Pascal un Moderne : « La nature a cessé d’être pour nous une norme » et « Dieu est un Dieu caché ». Parce que l’homme n’a plus rien à espérer de la cosmologie et de la théologie, Pascal est l’annonciateur, avant Kant, de « la mort de la métaphysique ». La religion chrétienne, selon Gérard Lebrun, avait pour lui avant tout une valeur stratégique : dans ses tours, détours et retournements, « c’est toujours la difficulté à reconnaître qui authentifie la reconnaissance ».

J. C.