Actualité des livres

08 mars 2017
Note de lecture

Ghislain Benhessa

L’État de droit à l’épreuve du terrorisme


L’Archipel, 2017
170 p. p.   17,00 €

Au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, le Premier ministre déclarait que la France était « en guerre contre le terrorisme, le djihadisme et l’islamisme radical ». Nous entrions à notre tour dans la voie et les débats ouverts par le 11 Septembre aux États-Unis. Face au terrorisme, l’État de droit se trouve pris dans une exigence de réactivité qui fait craindre pour sa pérennité. Dans son essai clair et concis, Ghislain Benhessa propose une généalogie des dispositifs législatifs et de la ligne présidentielle, depuis l’administration Bush jusqu’au dernier mandat d’Obama. Il présente notamment l’un de ses maîtres d’œuvre, John Yoo, qui fut le conseiller juridique de George Bush et le stratège de la guerre contre la terreur (un entretien avec lui clôt l’ouvrage). Exposant les tenants philosophiques, historiques et politiques de cette ligne, l’ouvrage cerne les arguments qui soutiennent des choix à l’origine de polémiques virulentes et de questionnements profonds : Patriot Act, recours aux méthodes coercitives, détention préventive… Le débat américain n’est plus tant à penser sous l’angle d’une dichotomie entre liberté et sécurité, mais à travers l’opposition entre pragmatisme et idéalisme. Le pragmatisme prévaut dans l’approche de Yoo ou de certains théoriciens plus radicaux, comme Eric Posner et Adrian Vermeule. En se prémunissant contre un certain européocentrisme, l’auteur tâche de saisir de manière dépassionnée cette idéologie, défaite de ses oripeaux rhétoriques et en dehors du storytelling médiatique. Il parvient non seulement à définir le cadre juridique dans lequel Trump va prendre ses marques, mais également à dessiner, en filigrane, la singularité de la lutte contre le terrorisme en Europe. Travaillée par le spectre des totalitarismes, elle est pourtant désormais aux prises avec des paradoxes et des heurts mis au jour il y a plus d’une décennie aux États-Unis.

Nicolas Léger