Actualité des livres

03 octobre 2013
Note de lecture

Maya Kandel

Mourir pour Sarajevo?

Les Etats-Unis et l'éclatement de la Yougoslavie


Paris, CNRS Editions, 2013
384 p.   25,00 €

Comment les États-Unis décident-ils d’entrer en guerre ? Au moment où les annonces et les reculs de Barack Obama sur la Syrie focalisent l’attention sur les choix du président en personne, ce travail approfondi fait entrer le lecteur au cœur du cheminement complexe des débats de politique étrangère à Washington, où interviennent députés et sénateurs mais aussi groupes de pression et relais d’opinion. Avec la guerre de désintégration de Yougoslavie, on n’observe pas une décision précipitée (comme le passage en force de Bush Jr. sur l’Irak) mais au contraire l’hésitation à s’impliquer, puis le lent et sinueux chemin qui, de 1991 à 1995, mène à l’action. Pour comprendre les étapes de ce passage, il faut combiner à la fois l’analyse historique du conflit (remarquablement synthétisée), la sociologie de la décision publique dans les arcanes de la Défense, du renseignement et de la diplomatie et, finalement, le sens des opportunités et des rapports de force politiques entre la présidence et le Congrès. Au final, le poids des argumentaires et leur résonance par rapport à la culture politique ressortent bien : les Américains, qui considèrent que leurs intérêts stratégiques ne sont pas directement en jeu, sont sensibles à l’idée que les Bosniaques, dès lors qu’ils sont agressés, ont le droit de se défendre. Mais cette ligne est par ailleurs incompatible avec le déploiement conséquent d’une force d’interposition de l’Onu, ce qui crée un blocage long à surmonter. Le débat très ouvert qui entoure la politique étrangère aux États-Unis fait aussi émerger les héritages multiformes de la relation à l’Europe, entre souvenirs des guerres mondiales, de la guerre froide et frustration américaine devant l’impuissance de l’Europe vis-à-vis de ses conflits intérieurs.

M.-O. P.