Portraits

tous les auteurs

GOSSET
Jean


Le philosophe Jean Gosset est une figure méconnue et même sous-estimée, dont le rôle après la guerre, comme celui de Landsberg, aurait sans doute été central dans l'orientation générale de la revue. 

Jeune philosophe proche de Mounier, qui compte sur lui pour fortifier le personnalisme, il s’engage très tôt dans la résistance et meurt sans laisser de traces de ses travaux menés pendant la guerre, notamment ses recherches en épistémologie, commencées sous la direction de Gaston Bachelard. Si sa conversion au catholicisme et sa fréquentation de Mounier dans les premières années d’Esprit marquent ses années de formation intellectuelle, la rencontre avec Jean Cavaillès, dont il suit les cours à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm), imprime radicalement son destin puisque Cavaillès est celui qui l’oriente vers l’épistémologie mais devient aussi son chef dans la Résistance. La confiance est si forte entre les deux hommes que Gosset succède à Cavaillès à la tête de l’important réseau Cohors-Asturies. Gosset, qui vit dans la clandestinité, ne saura pas que Cavaillès a été exécuté le 17 février 1944.

Il est lui-même arrêté en avril 1944, déporté à Neuengamme en juillet alors qu’il sait que les Alliés commencent leur avancée sur le territoire français mais il meurt en camp le 21 décembre 1944 à 32 ans. Sans perdre de vue les amitiés nouées dans les années où il était proche de la revue (Paul-Louis Landsberg, Claude-Edmonde-Magny, Pierre Grimal…), il s’était entièrement absorbé dans l’action, qui lui semblait prioritaire, et même l’action de résistance militaire (renseignements et commandos). Cette personnalité à la fois discrète et entière n'a pas pu livrer le travail philosophique qu'elle portait en elle et dont l’apport à la refondation de la revue Esprit après la guerre était très attendu.

 

M.-O. P. 

 

Références :

Danielle Rioul-Gosset, Sur les traces de Jean Gosset (1912-1944), Jouaville, Editions Scripta (info@editions-scripta.com), 2013.

Fabienne Federini, Ecrire ou combattre : des intellectuels prennent les armes (1942-1944), Paris, La Découverte, 2006.